La prise en charge nutritionnelle de la femme enceinte

Nous avons invité Sonia Duval, diététicienne-nutritionniste auteure du blog My Diet and Co à écrire un article sur la prise en charge nutritionnelle de la femme enceinte.

Nous vous invitons à le lire et à découvrir les aspects à prendre en compte en consultation avec des futures mamans.


Il est souvent coutume de dire que durant la grossesse, on peut manger pour deux. Erreur ! Mangeons mieux, mais pas pour deux !

En tant que professionnels de la nutrition, nous devons veiller à accompagner au mieux les femmes durant cette période importante de leur vie. Leur alimentation devra couvrir leurs besoins ainsi que les besoins du fœtus.

Premier point important, nous devons savoir leur expliquer pourquoi leurs besoins se modifient et pourquoi les couvrir est important. Nous rappellerons aussi que leur grossesse et leur rééquilibrage alimentaire peut être un point de départ pour acquérir de bonnes bases alimentaires et pouvoir les transmettre à leur enfant.

Une prise de poids correcte

Concernant la prise de poids, elle doit être vérifiée régulièrement. Une femme enceinte peut être suivie à raison de 3 fois durant sa grossesse, soit une fois par trimestre.

On vérifiera que la prise de poids est correcte. Si elle ne l’est pas, on vérifiera les ingesta spontanés pour pouvoir rectifier certaines choses et permettre une grossesse harmonieuse.

La moyenne normale de prise de poids est de 2 kg au 1er trimestre, 3 à 4.5 kg au 2ème trimestre et 6 kg au 3ème trimestre. Ces chiffres restent une moyenne et varient selon l’IMC initial de la femme.

Tableau 1 : Prise de poids recommandée selon l'IMC initial de la femme

IMC (kg / m²) Prise de poids (kg)
IMC ≤ 19.8 + 12.5 à 18 kg
19.8 < IMC ≤ 26 + 11.5 à 16 kg
26 < IMC < 29 + 7 à 11.5
IMC ≥ 29 + 6 à 7 kg

Désordres rencontrés

Les femmes peuvent rencontrer des désordres hormonaux entraînant des nausées, vomissements, pouvant se révéler handicapants dans la vie de tous les jours durant le 1er trimestre de grossesse. Voici quelques conseils pouvant aider :

• Ne pas faire de trop gros repas ;

• Ne pas rester l’estomac vide, surtout le matin ;

• Manger dans un endroit calme, sans stress ;

• Bien mâcher avant d’avaler ;

• Ne pas boire de grandes quantités de liquides (eau, tisanes, soupes) ;

• Eviter de s’allonger ou de trop se mouvoir après le repas.

Ensuite, à partir du 2ème mois de grossesse, elles peuvent être sujette à de la constipation due à un ralentissement du péristaltisme intestinal. Voici quelques conseils pouvant aider :

• Veiller à bien s’hydrater tout au long de la journée ;

• Veiller à ce que les portions de légumes soient conséquentes ;

• Introduire des aliments complets dans l’alimentation.

Les besoins énergétiques de la femme enceinte

Les apports énergétiques seront légèrement augmentés. Suivant l’EFSA (avis d’expertise saisine n° 2012-SA-0186), on rajoute aux besoins calculés de la femme non enceinte :

70 kcal au 1er trimestre ;

260 kcal au 2ème trimestre ;

500 kcal au 3ème trimestre.

Les apports en protéines seront sensiblement les mêmes qu’un adulte bien portant. Les carences en protéines (< 50 g/j) entrainent des conséquences tant pour la mère (accouchement difficile, fatigue, …) que pour le fœtus (prématurité, malformations, …). En cas d’excès (>120 g/j), on note des problèmes hépatiques et rénaux chez la mère.

Les apports en lipides resteront les mêmes qu’un adulte bien portant. Ils tiennent une place importante pour le développement du fœtus (en particulier cérébral) par leur côté énergétique et vecteur de vitamines liposolubles.

Les apports en glucides sont essentiels, le fœtus n’a pas de réserve glucidique à disposition, il est tributaire des apports de la mère. Les apports restent les mêmes qu’un adulte bien portant. On limitera les apports en sucres simples pour limiter les variations de la glycémie, et ainsi éviter le risque de diabète gestationnel, hypoglycémie néonatale et macrosomie fœtale.

Les besoins en fibres, eau, vitamines et minéraux

Les apports en fibres seront augmentés à 30 g / jour pour limiter la constipation et réguler la glycémie.

Les besoins en eau nécessitent d’être respectés pour éviter une insuffisance amniotique, lutter contre la fatigue et limiter la constipation. Les besoins quantitatifs restent les mêmes que pour un adulte. On insistera sur l’effet néfaste des boissons sucrées et excitantes, ainsi que sur l’interdiction de l’alcool.

Les apports vitaminiques seront couverts par une alimentation rationnelle et/ou par complémentation médicale. Veillez à vérifier que les femmes ne se supplémentent pas en auto-médication. Par exemple, l’excès de vitamine A peut entraîner des malformations fœtales, voire tératogène ; l’excès de vitamine D peut entraîner des déformations crâniennes et faciales.

La vitamine B9 est indispensable au bon développement du fœtus, mais la plupart des femmes sont supplémentées avant conception. Pensez à vérifier qu’elles le soient.

Les besoins en minéraux seront augmentés à partir du 3ème trimestre de grossesse, notamment en calcium et en fer.

Ration alimentaire à mettre en place

Petit-déjeuner :

  • Produit laitier
  • Produit céréalier
  • Matière grasse
  • Fruit

Déjeuner :

  • Légumes
  • Féculents
  • Viande, poisson, œuf
  • Matière grasse
  • Produit laitier
  • Fruit

Collation :

  • Produit céréalier
  • Fruit
  • Produit laitier

Dîner :

  • Légumes
  • Féculents
  • Viande, poisson, œuf
  • Matière grasse
  • Produit laitier
  • Fruit

On insiste sur :

  • le calcium avec 3 à 4 produits laitiers par jour ;
  • le fer avec une portion de protéines animales par repas principaux ;
  • le magnésium avec la consommation régulière de légumes secs, cacao, et oléagineux ;
  • l’iode avec des produits marins d’élevage, biologiques si possible (attention aux métaux lourds, dioxines et PCB).

L’activité physique

Une activité physique ne doit pas être exclue durant la grossesse. Cependant, l’équivalent de 30 minutes de marche par jour suffit. On proscrit les sports à risques. On privilégie les activités douces, sans excès.

L’hygiène pour éviter les infections

Quelques conseils à donner pour limiter les soucis durant la grossesse, notamment la contamination à la bactérie listeria et la toxoplasmose :

  • Se laver les mains régulièrement ;
  • Tenir un réfrigérateur propre ;
  • Respecter les dates de conservation ;
  • Eviter les fromages à pâte molle à croûte fleurie (type camembert, brie) et à croûte lavée (type munster, pont l’évêque), les fromages râpés industriels, ainsi que ceux au lait cru ;
  • Éviter toute la viande et le poisson crus ou mal cuits ;
  • Éviter certaines charcuteries ;
  • Lavez soigneusement tous les fruits, légumes et herbes.

Nous remercions Sonia pour le partage de ses connaissances et son expérience dans cet article. Nous espérons qu'il vous soit utile au quotidien, pour la prise en charge diététique de femmes enceintes.